A propos de l’ouvrage d’Antoine Fleury, Matthieu Delage, Lucine Endelstein,Hadrien Dubucs, Serge Weber, « Le petit-commerce dans la ville-Monde » – René-Paul Desse

Brest, le 15 février 2021

« Le petit-commerce dans la ville-Monde »

édité à L’œil d’or, collection Critiques & cités, 2020, 320 pages.

Le petit commerce parisien a enfin son ouvrage de synthèse. Rédigées par un collectif de géographes, urbanistes, sociologues et politistes, ces 320 pages sont centrées sur la commune de Paris et sa banlieue proche, et sur quelques quartiers de grandes métropoles (Toulouse, Lyon, Nice et Turin).

Une longue introduction générale permet de définir ce qu’est un « petit commerce ». Définition toujours floue, celui-ci ne constituant pas une catégorie légale, ni officielle. Prudent.e.s les auteur.e.s en concluent que « le petit » commerce » recouvre un ensemble complexe et changeant d’établissements, avec un noyau dur aisément identifiable, par opposition au « grand commerce » (grands groupes centralisés d’envergure nationale ou internationale), et « un nombre croissant de cas difficilement classables. » (p.27). Plutôt que de décrire un petit commerce en déclin, sous l’angle de la survivance, le principal objectif de cet ouvrage est de « l’aborder comme un lieu d’innovation, d’adaptation et d’articulation avec les changements sociaux et économiques contemporains » (p.31).

La première partie est consacrée aux « Minorités, altérité, diversité »

Hadrien Dubucs et Lucine Endelstein, dans leur introduction précisent que ces petits commerces, jadis qualifiés d’ethniques, apparaissent comme une vitrine de l’histoire migratoire des grandes villes. Ancrés dans le local, ils sont en phase avec une mondialisation segmentée, en lien avec des filières d’approvisionnement souvent bien lointaines. On retrouve là, des approches très géographiques des terrains étudiés, notamment sur l’impact aux différentes échelles de cette activité commerciale (même si les échanges avec les espaces lointains sont juste évoqués).

 Le premier article d’Hadrien Dubucs et Lucine Endelstein (« Espaces marchands et altérités urbaines : une enquête comparative à Paris ») s’intéresse aux scénographies commerciales de ces commerces qui va de la visibilité de la différence culturelle (pourquoi pas d’ailleurs cultuelle quand il s’agit d’une supérette casher affichant une certification religieuse ?), aux empilements de références ou aux références culturelles invisibles car visant plusieurs clientèles. Ces paysages commerciaux complexes sont inégalement perçus par les usagers de ces quartiers comme appartenant à telle ou telle culture. « Etiquetés, vus de loin, comme « ethniques », autrement dit « différents » ou « étrangers » à un fonctionnement marchand qui serait minoritaire et « autochtone », nombre de ces commerces sont au contraire des lieux où se rencontrent, fusionnent, voire se désingularisent les différences culturelles » (p.64).

 Marie Chabrol et Anthony-Goreau-Ponceaud nous présentent les exemples des quartiers de Château-Rouge (« africain ») et de La Chapelle (« indiens »), « entre pratiques et régulations : quelles places du commerce « ethnique » ou « minoritaires » à Paris ? » Après avoir indiqué leur préférence, en termes de terminologie, pour le « commerce  minoritaire » plutôt qu’à celui de « commerce ethnique » (p.65-66), ils utilisent la notion de place, chère à Michel Lussault, pour montrer comment ces commerces et commerçants participent aux changements urbains de ces quartiers. Nous retrouvons ici, l’un des fondements de la géographie du commerce, son insertion dans une analyse plus globale des espaces urbains (« le commerce et la ville » pour reprendre la première partie du titre de la thèse d’état d’Alain Metton sur la banlieue parisienne en 1980). La focale choisie permet d’étudier ces commerçants, pour cette fois pas si minoritaires que cela, leurs échanges avec la banlieue et leurs clientèles locales mais pas seulement. Le commerce devient alors le moteur d’une centralité « ethnique » plurifonctionnelle.

 Autre focale proposée par Julie Picard sur un quartier toulousain, Saint-Cyprien. Les auteurs montrent l’évolution d’un faubourg populaire sur la rive gauche de La Garonne jusqu’à être considéré comme un quartier « black et bobo ». En une trentaine d’années, des décennies 1980 à 2010, des commerces tenus par des migrants ou des descendants de migrants africains se concentrent sur l’avenue de la République profitant de la vacance commerciale laissée par les commerces populaires de proximité, phénomène observable dans de nombreuses villes françaises. Ce qui est plus spécifique à Toulouse et à ce niveau de grande métropole, c’est la gentrification du quartier (en secteur sauvegardé) qui fait du caractère cosmopolite de Saint-Cyprien une attractivité pour de nouvelles populations aisées. Quant aux commerçants africains, il leur reste à repartir chaque soir dans leurs banlieues lointaines, le résidentiel à proximité de leurs commerces y étant inabordable.

 Avec Joanne Le Bars, son approche ethnographique lui permet d’aborder une activité commerciale de la débrouille chez des femmes africaines. Ces stratégies de survie en milieux populaires urbains sont étudiées à partir d’un portrait d’une femme, Fatoumata, qui a mis en place, à côté de son travail de garde d’enfants, un commerce de sacs à main et de maïs grillés dans un quartier populaire de l’agglomération parisienne. Si la vente du maïs grillé s’effectue au pied de son immeuble, celui du commerce de sacs se fait à l’échelle de l’agglomération et surtout en lien avec sa fille qui demeure à Bamako. Bel exemple de cette mondialisation du bas, entre deux continents, qui permet une certaine indépendance financière, s’appuyant sur des réseaux familiaux et amicaux féminins.

Cette première partie se termine par une excellente analyse des localisations du commerce de gros chinois en région parisienne par Ya-Han Chuang. Les années 1970 conduisent à un renouvellement de la communauté chinoise en transformant le triangle de Choisy en un « Chinatown, espace résidentiel et de consommation alimentaire ». Dans les années 1980 à la suite des réformes économiques en Chine, les arrivées massives à Paris se concentrent dans le quartier du Sentier, multipliant les ateliers clandestins de textile fournissant ainsi à bas prix de nombreuses enseignes nationales. Dans les années 1990, dans le quartier Popincourt (11e arrondissement), les migrants chinois remplacent peu à peu les Juifs (ici sépharades originaires de l’Empire ottoman contrairement au Sentier majoritairement ashkénazes). Très vite, la multiplication des ateliers textiles avec ses nuisances, comme les fortes circulations de camionnettes, va se trouver confronter aux dynamiques de gentrification du quartier ; d’où la mise en place dans le PLU d’un droit de préemption (loi Dutreil de 2005) des rez-de-chaussée pour y localiser des commerces de proximité plus en adéquation avec ces nouvelles populations. Ces pressions sur les ateliers et le commerce de gros suscitent un nouveau déplacement vers une ancienne commune industrielle de la proche banlieue parisienne, Aubervilliers. Cette fois-ci, le marché de gros chinois se concentre sur des friches d’entrepôts et d’industrie, les ateliers clandestins sont abandonnés pour se concentrer sur les activités d’importation de produits chinois. Sous l’action de promoteurs immobiliers chinois et l’accompagnement de la Municipalité, un véritable quartier se met en place à partir des années 2000. Voici brièvement résumées, les pérégrinations des acteurs chinois du secteur des ateliers-textile parisiens du Sentier aux entrepôts du commerce de gros à Aubervilliers, analysées au prisme des évolutions des migrations, de l’ouverture de l’économie chinoise, des dynamiques de gentrification, et des propres dynamiques commerciales et immobilières de cette communauté chinoise encore si peu connue.

En cette fin de première partie, le lecteur impressionné par ce foisonnement d’exemples de ces commerces « ethniques », multiethniques », « cosmopolites » ou communautaires » voire « exotiques », aurait apprécié, dans une conclusion finale, voir les auteur.e .s discuter de la pertinence de ces termes (toujours entre guillemets dans le texte) et en proposer une terminologie précise tout en prenant en compte la diversité des « terrains ».

La deuxième partie s’intitule « Commercer dans les quartiers populaires »

La notion même de « quartier populaire » ne fait pas l’objet d’un consensus (p. 123), d’une part pour les indicateurs utilisés (indicateurs de pauvreté, de chômage et d’emplois), et d’autre part pour la délimitation des terrains à étudier. Cinq textes constituent cette deuxième partie proposant des espaces très hétérogènes : quartiers centraux où la gentrification avance de manière inexorable, des quartiers plus périphériques susceptibles de devenir attractifs et enfin des quartiers comme ceux des grands ensembles très divers faisant parfois l’objet « d’un stigmate territorial et de représentations simplificatrices ».

Matthieu Delage et Antoine Fleury proposent une étude sur les commerçants des quartiers populaires dans le département de la Seine Saint-Denis, et plus particulièrement sur Saint-Denis, Aubervilliers et Pantin (cartographie des différentes centralités commerciales étudiées très utile pour suivre l’analyse dans le cahier couleur central). Ancrée dans le département français le plus pauvre, cette étude montre la faible implantation des réseaux d’enseignes, laissant la part belle aux commerces indépendants. Les changements socio-résidentiels de grande ampleur depuis les années 1970 se sont accompagnés d’une évolution de l’offre commerciale et d’une grande aptitude à s’adapter à de nouvelles clientèles. Si les centres-villes se portent mieux que les petits pôles commerciaux, partout le commerce est une possibilité d’emplois pour une population jeune et peu qualifiée habitant ces quartiers. Quant à la gentrification de certains territoires, comme le centre-ville de Pantin, elle a encore peu d’impacts sur le commerce local, l’évasion commerciale vers Paris étant importante. Un regret : la non prise en considération de la grande distribution, notamment alimentaire, dans la compréhension de ces changements.

 Christine Lelévrier et Clément Rivière dans un chapitre intitulé « Commerces et changements urbains : trajectoires et stratégies de commerçants dans le Nord-Ouest parisien » s’intéressent plus spécifiquement au rôle actif que jouent les commerçants dans les processus de transformations urbaines dans le quartier de la Goutte-d’Or dans le XVIIIe arrondissement, mettant en avant la gentrification commerciale bien distincte de la gentrification résidentielle. A partir d’entretiens auprès des commerçants, les auteurs proposent une différenciation en quatre groupes au regard de leurs trajectoires professionnelle, résidentielle et migratoire mais aussi des modalités de leur ancrage dans le quartier. Ainsi les établis locaux sont sans doute ceux qui sont affectés le plus par les changements de clientèles ; les établis transnationaux, rarement résidents du quartier comme une large part de leurs clientèles, peuvent souvent profiter de ces nouvelles populations de classes moyennes prêtes à consommer des produits « exotiques » ; les nouveaux commerçants familiers du quartier ont le profil de ces « gentrificateurs qui ouvrent des commerces » (p.156), et enfin les nouveaux venus distants du quartier comme les franchisés.

 Avec Sébastien Jacquot et Marie Morelle, c’est la « Mécanique de rue en banlieue parisienne » qui est analysée. S’appuyant sur une approche ethnographique d’une activité informelle dans un quartier (non nommé) de la banlieue parisienne en cours de rénovation, les deux géographes montrent le déploiement de cette activité de réparation de voiture, bien visible sur l’espace public (souvent décriée par les riverains mais globalement tolérée) et qui doit s’adapter aux avancées des opérations de rénovation en préférant de nouveaux espaces plus excentrés où leur présence est tolérée. Quant aux acteurs, migrants souvent sans papier, en majorité originaires de deux quartiers d’Abidjan (Adjamé et Abobo), ils s’inscrivent plus ou moins dans un continuum Abidjan-Paris, certains gérant à distance un autre garage ou une entreprise de pièces détachées en Côte d’Ivoire. Les trajectoires professionnelles sont très diverses, certains s’ancrant dans cette activité informelle, d’autres ne faisant que passer pour poursuivre dans d’autres voies plus stables, le permis de séjour en poche. La suite de l’étude est consacrée à l’analyse de l’ancrage de  cette activité dans le territoire : en réseau pour le lointain (sur l’ensemble de l’Île-de-France) pour les clients et les fournisseurs de pièces détachées ; et dans le quartier. Cette centralité est à la fois une centralité commerciale « immigrée » et « populaire » (p. 176).

 Autre étude sur un quartier populaire, la présentation de Nabil Zouari et Eric Charmes sur un quartier d’habitat social en rénovation de Vaux-en-Velin (texte fortement inspiré de la très bonne thèse de Nabil Zouari soutenue en juin 2020 et accessible sur These.fr https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02938121/document). Le titre en lui-même synthétise les deux principales problématiques de départ : « Entre fermeture et ouverture. La légitimité d’une centralité populaire de banlieue en question ». De « la fermeture du quartier », il en résulte une très forte clientèle locale pour les commerces ; clientèle qui est constituée très majoritairement par des ménages d’origine nord-africaine, souvent musulmane (p.206). Quant à l’ouverture métropolitaine, elle se fait par le biais de certains commerces du centre commercial comme les bouchers halal, et surtout par le vaste marché bihebdomadaire qui attire une clientèle à l’échelle de l’agglomération lyonnaise. Ces dynamiques commerçantes ne sont pas prises en compte par la Municipalité de Vaux-en-Velin qui souhaiterait introduire plus de mixité lors de la poursuite des opérations de rénovation du centre commercial étudié. Une analyse très fine qui aborde la dimension cultuelle et ethnique d’une « centralité minoritaire » à partir d’une exploitation remarquable de nombreux entretiens.

 Mathilde Costil et Agnès Deboulet, quant à elles travaillent sur les « Discours et controverses dans les banlieues populaires d’Île-de-France sur le commerce inadapté et sa requalification ». Centrée sur le centre-ville de Saint-Denis et le quartier d’Ivry-Port, l’étude met en avant un imaginaire collectif d’un commerce inadapté, car obsolète ou vivotant ce qui renvoie au besoin de modernisation dans ces territoires désindustrialisés dès les années 1980, puis terre d’accueil des populations immigrées, et plus récemment connaissant l’arrivée de nouvelles classes moyennes. Ainsi, si le commerce de proximité alimentaire est en déclin, des commerces à destination d’une clientèle plutôt arabe permettent au centre-ville de Saint-Denis d’avoir un rayonnement sur une partie de l’agglomération parisienne, notamment des magasins de vêtements islamiques constituant ainsi une « centralité immigrée » (p.193). Dans cette cacophonie sur le manque de commerces ou pas, selon les groupes de résidents interrogés, les Municipalités ont plutôt tendance à avoir une écoute attentive des nouvelles classes moyennes arrivées dans ces centres-villes, et d’envisager dans le cadre de grosses opérations de rénovation d’y installer un commerce « plus attractif » voire des enseignes nationales.

La troisième partie est consacrée au « Commerce, levier de transformation urbaine ».

            Cette dernière partie met l’accent sur le rôle des « petits » commerçants dans la transformation de la ville dans le cadre de « projets de renouvellement urbain où le commerce tend à devenir un enjeu important » (notamment via des phénomènes de gentrification).

 Anne-Cécile Mermet centre son propos sur « les réseaux d’enseignes et la gentrification commerciale » au sein du quartier du Marais ». Partant des travaux pionniers sur la gentrification qui mettent l’accent sur le lien entre un refus d’une consommation standardisée (comme dans les centres commerciaux) et l’engouement pour un petit commerce indépendants novateurs et « branchés », l’auteure suggère, à la suite de plusieurs travaux récents, y compris ceux de Sharon Zukin à New York (voir préambule), que l’attrait dans ces quartiers pour les grandes marques se confirme. Cette gentrification commerciale ne pourrait sans doute se déployer que dans des quartiers comme Le Marais où la gentrification résidentielle a atteint une maturité certaine. Ce secteur très centré sur l’équipement de la personne a connu un intense mouvement de concentration et de financiarisation depuis une vingtaine d’années (avec des enseignes comme Zadig & Voltaire, Maje, Sandro, etc.). Cette évolution est remarquable sur trois « rues n°1 » : rue des Rosiers, des Francs-Bourgeois et Vieille-du-Temple où les loyers ont connu une croissance importante (multipliés par 6 en 10 ans). Quant aux commerçants indépendants, certains vont se repositionner dans des rues périphériques, là où le commerce de gros est en fort déclin.

 Magda Bolzoni et Giovanni Semi nous présentent un thème similaire mais à Turin en mettant l’accent sur le rôle des pouvoirs publics dans le renouvellement commercial de deux quartiers centraux de la ville. A partir des années 1990, la Municipalité met en place  un ensemble de politiques de renouvellement urbain dans ces espaces en déclin démographique et en voie de paupérisation. Afin de favoriser la revitalisation commerciale, les autorités locales mettent fin au système des quotas réglementant les ouvertures de magasins, spécialité par spécialité, ce qui a comme conséquence l’augmentation rapide des valeurs immobilières. Les auteurs montrent ainsi que le commerce peut devenir un moteur important de la gentrification transformant un quartier populaire en un nouveau lieu branché de la ville attirant une clientèle aisée résidante ou non, tout en excluant les populations anciennes.

 Quant à Stéphane Cadiou, il étudie les groupements socioprofessionnels à Nice et leurs pressions sur les politiques urbaines locales. A partir du constat d’un commerce indépendant encore très présent (annonçant déjà l’Italie ?) et d’un déploiement des grandes surfaces et des réseaux d’enseignes tardifs, l’auteur analyse les derniers documents des édiles niçois qui évoquent la volonté d’impulser une « modernisation commerciale ». Face à la Municipalité, une vingtaine d’association de commerçants de quartier sont recensées. L’auteur analyse très finement cet ancrage dans le quartier qui permet de s’opposer aux projets des autorités locales : « parce que je suis présent dans cette rue depuis des décennies, je récuse le savoir d’expert des services de la Mairie ». Le projet de tramway dès le milieu des années 1990, est sans nul doute celui qui a focalisé l’attention des groupements de commerçants, alors que l’élaboration du Document d’Aménagement commercial ou DAC n’a pas retenu leur intérêt, faute de temps et d’expertise. Quant aux relations avec les élus, elles se déroulent dans le cadre du quartier, de façon régulière (« un registre quasi-domestique », p.264) privilégiant « une relation dialogique fermée », ce qui leur semble plus efficace qu’un affrontement public. Une analyse très fine de la réaction de ces associations de commerçants face au projet de tramway permet à l’auteur de proposer des positionnements très divers selon les quartiers (localisation, niveau du renouvellement urbain) et les commerçants leaders.

 La coproduction publique-privée quand il s’agit des rez-de-chaussée commerciaux est analysée par Nadia Arab et Yoan Miot. A partir d’entretiens auprès d’acteurs publics et privés dans deux quartiers de l’agglomération parisienne et deux autres à Toulouse, les auteurs analysent « l’implication effective » des pouvoirs publics locaux dans la production des rez-de-chaussée. Ceux-ci peuvent prendre à contre-pied les propriétaires et les foncières non spécialisées dans le développement commercial qui préfèrent sélectionner des porteurs de projets sûrs comme des activités tertiaires au détriment de commerces de proximité qui pourraient animer ces nouveaux quartiers. Les outils existent comme la mise en place d’un plan de marchandisage, d’espaces de négociation avec les acteurs privés pour sélectionner les porteurs de projets commerciaux ou même la maîtrise de la propriété de ces rez-de-chaussée comme le fait la SEMAPA pour Paris Rive Gauche. Est-ce que les expériences parisiennes peuvent être généralisées alors qu’il s’agit de quartiers emblématiques du renouvellement urbain (Paris Rive Gauche et le quartier du Trapèze à Boulogne-Billancourt) ? A Toulouse, dans les deux exemples proposés, mais aussi dans d’autres villes de province, on peut se poser la question de la réussite de ces outils d’aménagement, la vacance commerciale demeurant élevée souvent longtemps après l’émergence de ces nouveaux quartiers.

Il aurait été intéressant, à ce stade, d’avoir une première synthèse sur l’importance ou non de « ces leviers de transformation des grandes villes » présentés dans ces quatre dernières contributions.

Quelques réflexions générales conclusives

En fin de parcours de la lecture de cet ouvrage, la quinzaine de contributions laissent une impression de foisonnement et d’approches souvent très différentes d’un texte à l’autre. La diversité des disciplines réunies y est sans doute pour beaucoup, permettant avec des outils de recherche bien différents de décrire des terrains et des profils de commerçants très variés.

Comme annoncée dans le titre de l’ouvrage, la porte d’entrée dans la fabrication de la ville par l’activité commerciale se fait par le « petit » commerce ; lui-même remodelé par les évolutions de la ville au gré des acteurs privés et publics. Si le consommateur n’est pas étudié en que tel, il n’est jamais très loin, la paupérisation d’un quartier ou sa gentrification ayant un impact évident sur le commerce existant.

Si dix contributions correspondent bien à l’annonce de départ « Le petit commerce dans la ville-monde », c’est-à-dire l’agglomération parisienne, seulement quatre contributions permettent une escapade dans quatre grandes métropoles. Il aurait été, en effet, dommageable pour l’unité de l’ouvrage de s’ouvrir aux métropoles intermédiaires et aux villes moyennes françaises. Ainsi, les dynamiques de gentrification dans le quartier du Marais ou à Turin se retrouvent rarement ailleurs. Le préambule rédigé par Sharon Zukin met bien la parenté assumée de ces villes-monde : Paris, Manhattan, Shanghai, ou les points communs sont bien plus nombreux que les spécificités locales : mêmes diagnostics, mêmes recettes de la part des institutionnels, et surtout mêmes consommateurs-acteurs de la transformation de ces quartiers constituant une classe sociale mondialisée.

Il suffit de reprendre les estimations de l’Atelier Parisien d’Urbanisme qui évalue la densité de commerces alimentaires pour 1000 habitants pour se rendre compte du fossé du maintien ou non de ce petit commerce selon la place dans la hiérarchie urbaine : 2,9 commerces pour Paris intra-muros, 2 à Lyon ; Lille et Bordeaux, mais seulement 1,4 à Nantes (pour 2016). Ces données permettent d’isoler le cas parisien suivi à distance par quelques grandes métropoles françaises, les autres métropoles intermédiaires, villes moyennes et petites villes vivant dans une autre sphère où l’espace central est en grande difficulté (vacances commerciales de 11% pour les espaces centraux en 2018), vaincu par un déclin démographique et une très forte mobilité des consommateurs. Il en va de même pour les dynamiques commerciales du commerce ethnique ou multiethnique, qui dans beaucoup de villes françaises ne proposent pas ou rarement des centralités bien identifiées (dans le péricentral actuellement, il y a une amorce liée à des niveaux de loyers très bas et une vacance commerciale catastrophique).

La moitié des contributions ont pour objet, d’une façon ou d’une autre, ces commerces ethniques ou multiethniques populaires. A chaque fois, les auteur.e.s nous montrent la force de leur dynamisme commercial, de leur adaptabilité au changement, activités formelles et informelles confondues. Il serait intéressant de savoir pourquoi : auraient-ils une résilience plus grande liée à une localisation dans des quartiers populaires voire pauvres ? Ou à des espaces caractérisés par des loyers très bas (les deux étant liés) ? Ou à des facteurs plus comptables liés à un besoin de marges bénéficiaires moindres ?

Quant aux politiques publiques locales, elles peuvent avoir un impact notamment dans le cadre d’une gentrification assumée, mais ce commerce « ethnique et populaire » leur échappe en grande partie. C’est sans doute là une leçon à retenir de ces analyses, notamment pour les urbanistes (dont l’auteur de cette note fait partie) toujours enclins à mettre en avant les régulations publiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search