Derrière le « ghetto », la centralité minoritaire : le rôle de la présence commerciale dans un quartier d’habitat social en rénovation : une thèse en « Géographie, Aménagement, Urbanisme » présentée par Nabil Zouari à Lyon, le 12 juin 2020

Le jury était composé de René-Paul Desse (Président du jury), Annick Germain, Sylvie Fol, Patrick Simon et Éric Charmes (directeur de thèse)

Le lien de téléchargement de la thèse : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02938121

Présentation de la thèse :

La thèse approche les quartiers populaires de grand ensemble périphérique par les activités économiques, elle est centrée sur des magasins ayant pignon sur rue dont certains sont des affaires florissantes. Outre la vigueur de ces commerces de proximité, la thèse aborde également les opportunités qu’ils offrent aux habitants du quartier (partie 2). La troisième partie questionne la dimension culturelle et ethnique du centre commercial et définit cet espace et les pratiques qui lui sont associées comme une « centralité minoritaire ». Elle donne ainsi une grande force à l’idée de quartier tremplin et interroge en même temps la question du communautarisme (Partie 4).

La démonstration se fait de manière très empirique et immersive et s’appuie sur une méthodologie détaillée dans la Partie 1, entre entretiens collectifs avec des usagers, approche lente et très patiente des commerçants et confrontation avec les professionnels de la parole que sont les élus (142 entretiens).

Le parcours de recherche inclut aussi une brève incursion en territoire canadien. Ce séjour de trois mois fut décisif dans le positionnement théorique permettant ainsi de prendre de la distance par rapport au contexte français en matière d’ethnicité. 21 entrevues ont été effectuées à Montréal, notamment dans deux rues commerciales, une dans le Petit-Maghreb et l’autre à Montréal-Nord qui accueille une importante communauté haïtienne.

La thèse est pluridisciplinaire : les formes ne sont pas séparées de leurs usages, des pratiques, des systèmes sociaux dont elles organisent la rencontre. Il a fallu pour cela assembler des questions économiques, d’urbanisme, de géographie, de sociologie et de philosophie politique.

***

Résilience du petit commerce : dans les quartiers populaires des réussites économiques invisibles ?

Introduits dans les années 1965 pour rompre avec le monofonctionnalisme résidentiel des grands ensembles d’habitat social, les centres commerciaux de ces quartiers ont connu, dès les années 1970, un déclin précoce de leur commercialité (Desse 2014). Cet échec est généralement expliqué par divers facteurs, parmi lesquels figurent un appauvrissement de la population résidente ou le déploiement des hypermarchés en périphérie des villes françaises (Gasnier et Grellier 2014; Madry 2006).

Désormais, les appareils commerciaux de ces grands ensembles d’habitat social sont vétustes et la clientèle particulièrement populaire. À cela, s’ajoute une image marquée par l’insécurité ainsi que par ce qui apparaît comme une spécialisation ethnique.

Cette lecture de la situation oriente les interventions des acteurs publics qui s’emploient à mener des actions d’hyper régulation. Ainsi, lorsque ces commerces de banlieues populaires se situent au cœur d’un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV), une profonde refonte de l’armature commerciale existante réquisitionne la présence de ces petits commerces. Par l’intermédiaire de sociétés d’économie mixte ou de commissions d’attribution des locaux commerciaux, les autorités locales sélectionnent ainsi les nouveaux commerçants ou en écartent d’autres.

Dans la périphérie lyonnaise, le Mas du Taureau est de ce point de vue typique des grands ensembles de banlieue, devenus terres d’accueil d’une immigration postcoloniale et populaire. Depuis 2012, le taux de chômage du quartier se maintient autour de 30 % et le revenu médian fiscal 2017 par unité de consommation (10 200 € pour les quatre IRIS du quartier) demeure bas.

Pourtant, dans ce contexte, les capacités de résilience des commerçants apparaissent remarquables, et leurs stratégies économiques donnent des résultats largement au-dessus des standards. Ces résultats témoignent de l’élargissement considérable du rayonnement de ces petits commerces, qui a largement dépassé les limites du quartier, notamment auprès des classes populaires et des personnes ayant des liens avec l’immigration.

Cet élargissement repose sur une dynamique collective articulée à un modèle économique éprouvé : celui ducommerce moderne(Thil 1966)qui consiste àvendre beaucoup et à petit prix. Le rayonnement prend forme dans un environnement social populaire marqué par l’interconnaissance et un réseau de sociabilité local dense (Remy 2015). Ainsi, le Leader Price (ouvert le dimanche) affiche un panier moyen de 9 € pour quelque 1 500 clients/jour, alors que la même enseigne dans une ville voisine réalise le même chiffre d’affaires avec un panier moyen de 30 € pour 600 clients/jour. Ce modèle économique permet de compenser les faibles marges ; il permet aussi aux commerçants de s’adapter à la demande locale particulièrement défavorisée, et de se rendre attractifs dans un environnement urbain où l’offre, notamment alimentaire, est étoffée. En effet, avec ses 26 commerces sédentaires, le Mas du Taureau se positionne comme la troisième polarité commerciale du nord de la ville de Vaulx-en-Velin, derrière le centre-ville et ses 42 cellules commerciales et Vaulx-Village et ses 45 commerces de proximité. La recette éprouvée s’appuie donc sur des prix compétitifs, mais aussi sur le maintien de la qualité et une grande diversité de produits vendus, notamment dans les secteurs concentrés (quatre boulangeries, trois boucheries et trois snacks cohabitent au Mas du Taureau). Ces concentrations commerciales instaurent une concurrence éprouvante pour les entrepreneurs, mais elles permettent à l’offre commerciale de proximité de devenir attractive pour les non-résidents. Un marché bihebdomadaire de quelque 200 étals (97 étals en 2012, 131 en 2014 d’après des données municipales) a aussi grandement contribué à la transformation de ce qui était un centre commercial de proximité en véritable centralité marchande populaire.

Ce fonctionnement bouscule les échelles de distribution connues du « centre commercial de quartier » (Mangin 2004) qui ne devrait pas être en mesure de rayonner au-delà d’une distance parcourable à pied. Les performances du centre commercial du Mas du Taureau marquent probablement l’avènement d’un type particulier de centralité périphérique métropolitaine, dont les fonctions typiques d’un centre historique sont absentes. Le centre commercial fait ainsi preuve d’un fort dynamisme économique, dynamisme d’autant plus remarquable qu’il fait face à l’adversité d’un projet de démolition et à la destruction d’une part importante des bâtiments situés dans sa zone de chalandise. Ces cinq dernières années, près de 750 logements (dont 150 places de foyer) ont été démolis pour 70 logements reconstruits.

Ces constats interrogent les interventions des acteurs publics locaux. Dans le cas du Mas du Taureau, celles-ci semblent relativement aveugles à la réussite économique de ces petits commerces, se focalisant plutôt sur les dysfonctionnements réels, comme la spécialisation vers une clientèle dont une part significative rencontre des difficultés sociales ou la présence de plus en plus visible de trafics de drogue. Et contrairement à ce que les discours dominants sur les quartiers populaires de grands ensembles invitent à voir, le fonctionnement du centre commercial ne s’inscrit pas uniquement dans une logique de fermeture. Certes, la forte présence de populations immigrées au cours des dernières décennies dans sa fréquentation peut être lue comme la manifestation d’un enfermement communautaire. Mais la présence accrue de minorités indique aussi la constitution d’une centralité « minoritaire » (Raulin 2000 ; Dubucs et Endelstein 2015), dont le rayonnement s’appuie sur de nombreux quartiers populaires de la région métropolitaine de Lyon. Le centre commercial est de ce point de vue engagé dans une ouverture géographique. Cette ouverture est même sociale, puisque les catégories populaires comme les minorités qui le fréquentent sont très diverses.

L’intérêt de ces observations n’est pas purement académique. Le supposé manque d’ouverture, la présence de jeunes délinquants, le communautarisme sont autant d’arguments mobilisés par les acteurs locaux (Fol et Fleury 2018) qui promeuvent la destruction de ce centre commercial. Sans être totalement infondés, ces arguments reposent sur une lecture partielle de la situation. Pourquoi vouloir se priver du dynamisme économique du Mas du Taureau, ou à tout le moins pourquoi fragiliser ce centre par un projet de démolition et de reconstruction qui conduira à écarter plus de la moitié des commerçants, alors qu’un des enjeux des politiques de la ville est d’attirer des entreprises dans les quartiers en difficulté ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas à Vaulx-en-Velin des politiques semblables à celles que l’on observe dans les centres des grandes métropoles (Germain et Radice 2005; Zukin, Kasinitz et Chen 2015) où les centralités minoritaires servent souvent à mettre en scène une ouverture sur le monde ? La réponse à ces questions est évidemment complexe et renvoie aux représentations politiques de l’intégration en France.

Nabil ZOUARI

Docteur en urbanisme, chercheur associé au laboratoire RIVES, composante de l’UMR 5600 CNRS EVS Université de Lyon.

Bibliographie

Desse René-Paul, 2014, « Le commerce dans les grands ensembles » dans Jean Soumagne (Dir.), Aménagement et résilience du commerce urbain en France, Paris, l’Harmattan, p. 121-160.

Dubucs Hadrien et Endelstein Lucine, 2015, Commerce alimentaire « ethnique » entre pratiques communautaires et vivre ensemble : une comparaison de quartiers parisiens, Rapport à la Ville de Paris : programme COMET (Paris 2030), Paris, 144 p.

Fol Sylvie et Fleury Antoine, 2018, « Le commerce, un outil de transformation sociale en Seine-Saint-Denis ? » dans Marie-Hélène Bacqué, Emmanuel Bellanger et Henri Rey (Dir.), Banlieues populaires. Territoires, sociétés, politiques, Paris, Éditions de l’Aube, p. 301‑310.

Gasnier Arnaud et Grellier Armelle, 2014, « Commerce et renouvellement urbain. Une interaction palliative des maux de la ville française ? » dans Nathalie Lemarchand, René-Paul Desse, Philippe Dugot, Sophie Lestrade, Bernadette Mérenne-Schoumaker et Jean Soumagne (Dir.), Le commerce dans tous ses états: espaces marchands et enjeux de société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 71‑80.

Germain Annick et Radice Martha, 2005, « Cosmopolitanism by Default: Public Sociability in Montreal. » dans Jon Binnie, Julian Holloway, Steve Millington et Craig Young (Dir.), Cosmopolitan Urbanism, Routledge., s.l., Psychology Press, 259 p.

Madry Pascal, 2006, « Pas de quartier pour le commerce », Pour, 2006, Vol. 186, p. 36‑40.

Mangin David, 2004, La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine, Paris, Éd. de la Villette, 398 p.

Raulin Anne, 2000, L’ethnique est quotidien: diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris Montréal, L’Harmattan, 229 p.

Remy Jean, 2015, L’espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Érès, 183 p.

Thil Etienne, 1966, Les Inventeurs du commerce moderne: des grands magasins aux beÌbeÌs-requins, Paris, Arthaud, 317 p.

Zukin Sharon, Kasinitz Philip et Chen Xiangming, 2015, Global Cities, Local Streets: Everyday Diversity from New York to Shanghai, 1 edition (Routledge)., New York, 242 p.

Nabil Zouari, 2021, Derrière le « ghetto », la centralité minoritaire : le rôle de la présence commerciale dans un quartier d’habitat social en rénovation, Lyon, Université de Lyon 2 (laboratoire EVS-RIVES), 518 p.

Crédit photo : Nabil Zouari, publicité Lebara mobile sur la vitrine commerciale de l’épicerie (photo n°22, p. 153


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search