Editorial « Commerce et urbanisme » dans Revue internationale d’urbanisme, n°7, janvier – juin 2019

Xavier Desjardins   (Université Paris-Sorbonne), René-Paul Desse   (Université de Bretagne occidentale), Clément Orillard   (Ecole d’urbanisme de Paris), Didier Paris   (Université de Lille)

Le commerce connaît actuellement une mutation majeure, en résonance avec la transformation de la société contemporaine.

Les achats en ligne se multiplient. De nouveaux modes de consommation apparaissent, notamment les circuits courts. Il n’est pas toujours aisé de distinguer ce qui relève de la mode passagère ou de la bifurcation des valeurs. L’hypermarché reste dominant pour les achats alimentaires. Toutefois, ce symbole de la consommation de masse est aujourd’hui questionné. Plus largement, c’est la notion même de boutique qui est mise en débat, c’est-à-dire de la concomitance en un même lieu de l’exposition des objets, de leur livraison et de la transaction financière. Le découplage entre ces trois fonctions est de plus en plus courant : certains magasins sont d’abord des lieux d’exposition qui renvoient vers des transactions en ligne.

Dans l’imaginaire – et souvent dans la réalité – de la ville européenne, le commerce est un des « ingrédients » essentiels de la centralité urbaine par l’animation qu’il apporte et les flux qu’il engendre. À la fois son importance et sa méconnaissance dans le milieu de l’urbanisme imposent son étude. Alors même qu’il s’inscrit dans des logiques économiques fortes du libre marché, il a ainsi pu être mobilisé par le passé dans les projets d’aménagement complètement en dehors de ces logiques, à la poursuite d’objectifs purement urbanistiques, ce qui a pu conduire à des échecs. Aujourd’hui, la question s’est souvent inversée. La rétraction de l’activité commerciale dans le centre des villes petites et moyennes n’apparaît pas seulement comme une question économique, mais plus largement comme une question culturelle. C’est moins l’accès aux biens qui semble menacé, puisque les périphéries commerciales sont elles bien vivaces, qu’un modèle de vie urbaine.

Ce sont les nouveaux enjeux de cette mutation qui ont été proposés aux auteurs comme sujet de ce numéro de la Revue internationale d’urbanisme. Les articles soumis n’ont concerné que le territoire français. L’équipe éditoriale le regrette. Il faut sans doute en tirer la conclusion que dans le cadre de la francophonie, la France, qui depuis les années 1950 a sans doute été le plus loin dans la logique de développement de la grande distribution à la suite de la constitution de grands groupes internationaux très puissants (Carrefour, Auchan, Casino…), avec des agglomérations qui ont accompagné localement ce développement dans les documents de planification et des procédures spécifiques « d’urbanisme commercial » depuis la loi Royer de 1973, se retrouve aujourd’hui en première ligne face aux effets de sa remise en cause.

Inspiré par les États-Unis, le modèle de la grande distribution s’était imposé avec une rapidité plus ou moins grande dans les différents pays européens, au premier rang desquels la France, grâce à l’appui de l’État qui voulait lutter contre l’inflation. Avec les supermarchés puis les hypermarchés, c’était aussi un nouveau modèle social qui émergeait alors, fondé sur la consommation de masse, l’usage de l’automobile, l’urbanisation galopante, un foncier abondant et bon marché. L’impact sur la production urbaine et la constitution des paysages des périphéries des villes fut important. Selon la fédération du commerce spécialisée (Procos) à l’échelle nationale, les périphéries représentent 62 % des parts de marché commerciales en 2008 et près de 70 % en 2016. La puissance du commerce périphérique reste majeure. Mais un retournement n’est-il pas à envisager ? Est-ce seulement un souhait d’urbanistes, ravis du découplage que permet Internet et qui rêvent de voir les centres se réanimer de lieux d’exposition, en laissant aux pôles logistiques périphériques et aux livreurs qui y approvisionnent, le soin d’assurer la livraison des objets au plus proche des domiciles ?

Ces mutations secouent le secteur de l’immobilier commercial. Si la production d’immobilier commercial s’inscrit d’abord dans le cadre d’initiatives privées, nombre d’opérations ont bénéficié d’une articulation avec les acteurs publics depuis les origines de ce secteur. Dans différents pays, les grands distributeurs se sont lancés dans l’autoconstruction de grandes surfaces. Bien qu’ils s’inscrivent la plupart du temps hors maîtrise publique, ils ont développé cette activité avec l’appui partiel des acteurs publics (du local au national), certains distributeurs professionnalisant cette partie de leur activité à travers des filiales spécialisées (Immochan, devenu Ceetrus en 2018, ou Carrefour Property) dont l’action immobilière est liée à la stratégie globale de leur groupe. Les grands groupes financiers se sont dès le départ beaucoup plus formellement associés aux aménageurs publics, à travers des filiales de promotion spécialisée en immobilier commercial, devenues depuis des foncières, tels Unibail, Klépierre, Altarea et Apsys, pour réaliser de grands centres commerciaux, en France ou à l’étranger. Celles-ci ont été prises ces toutes dernières années dans des logiques de concentration à l’échelle mondiale (Klépierre majoritairement acquis par le Nord-Américain Simon en 2015, Unibail fusionnant avec le Néerlandais Rodamco puis prenant le contrôle en 2018 des activités nord-américaines de Westfield), qui interrogent quant à l’attention de ces acteurs aux questions locales de l’aménagement.

C’est aussi une question pour les acteurs de la restructuration des zones périphériques et des rez-de-chaussée commerciaux, comme, en France, l’EPARECA, dont la vocation est de remédier à la déshérence des centres commerciaux de quartiers sensibles, ou les nouveaux acteurs fonciers privés (Frey, Compagnie de Phalsbourg, Patrimoine et Commerce, Sopic) spécialisés dans le remembrement et le renouvellement immobilier des zones commerciales périphériques obsolètes à l’occasion d’opérations complexes, ou encore des foncières de pieds d’immeuble (comme les hyperspécialistes Sodes, Soppec, Cristal), apparues pour prendre en charge ces questions.

URL :http://www.riurba.review/Revue/editorial-2/

 

Deux articles rendent compte ici de ces nouveaux enjeux liés à la restructuration des zones commerciales :

Samuel Deprez  (UNIHAVRE, CNRS, IDEES, Université de Normandie, Le Havre)

L’avenir des zones commerciales en France face aux nouveaux horizons de l’urbain et aux trajectoires naissantes de consommation : Une lecture prospective.

Résumé– La mise en commerce des périphéries urbaines, parfois jusqu’à leur bouclage, constitue assurément le trait marquant de l’urbanisme commercial à la française depuis plus de cinq décennies maintenant, et son développement, malgré des constats nombreux qui dénoncent les limites du modèle, se poursuit. Dans de nombreuses zones commerciales aujourd’hui, les premiers signes d’une dévitalisation s’expriment. Si les causes peuvent être recherchées dans la concurrence d’une offre surabondante et assurément de la vente en ligne, d’autres facteurs, urbanistiques et sociaux, interrogent plus profondément le devenir de ces espaces qui, dans leurs formes et les principes qu’ils portent, apparaissent de plus en plus en rupture avec les nouveaux paradigmes de la fabrique de l’urbain, d’une part, et les aspirations de consommation, d’autre part.

URL : http://www.riurba.review/Revue/l-avenir-des-zones-commerciales-71/

Laura Jehl  (Université de Lille, laboratoire TVES/Adenda)

Restructurer les zones commerciales périphériques face aux mutations du commerce : objectifs, méthodes et nouveaux jeux d’acteurs

Les mutations actuelles du commerce remettent fortement en question le modèle du commerce périurbain développé depuis les années 1970 en France. Pour y faire face, certains opérateurs spécialisés décident de restructurer de manière pionnière cet immobilier commercial en renouvelant l’offre commerciale et en apportant des aménagements qualitatifs. Ces opérations de restructuration commerciales permettent de répondre à un double objectif de redéveloppement économique et d’acceptation politique du commerce périurbain. Elles font aussi muter le métier du promoteur commercial, évoluant d’un urbanisme commercial traditionnel vers un urbanisme de projet. Enfin, ces restructurations interrogent le renforcement d’un modèle commercial polycentrique et l’évolution des rapports de force entre les acteurs publics et privés d’un territoire.

URL : http://www.riurba.review/Revue/restructurer-les-zones-commerciales-peripheriques-72/

 

 

Deux articles discutent ici les nouveaux enjeux de la relation entre ville et commerce à l’heure du numérique et du commerce en ligne :

Arnaud Gasnier   (Le Mans Université, France)

L’hybridation commerciale dans la smart city : comment adapter l’urbanisme à l’économie numérique ?

Les processus économiques, aménagistes, matériels et immatériels, à l’œuvre dans la recomposition de la distribution et de sa logistique, nécessitent aujourd’hui d’ajuster l’urbanisme sur les principes d’un e-urbanisme dont il est proposé ici d’appréhender et d’interroger les modalités et capacités d’adaptation. Entre ville intelligente et commerce connecté, les recompositions marchandes actuelles par hybridation posent de nouveaux problèmes de gestion urbaine en même temps qu’elles représentent de nouvelles opportunités urbanistiques et sociétales de régénération de polarités ou de centralités, que l’urbanisme français commence à accompagner. Élaborer de nouveaux outils d’urbanisme commercial nécessite de repenser l’interaction de la technique d’information, des stratégies d’enseignes et des modes de production urbaine.

URL : http://www.riurba.review/Revue/hybridation-commerciale-dans-la-smart-city-73/

Jérôme Verny   (NEOMA Business School),  Ouail Oulmaki   (NEOMA Business School)

E-commerce et livraisons alimentaires du dernier kilomètre : analyse exploratoire des préférences des consommateurs

Les livraisons du dernier kilomètre résultent de la croissance du e-commerce depuis ces dernières années, générant de nouveaux flux logistiques dans les espaces urbains. Ce constat est d’autant plus accentué dans les grandes métropoles connaissant une concentration démographique et des spécificités urbaines très hétérogènes. Cet article présente la problématique du dernier kilomètre des produits alimentaires analysée du point de vue des préférences des consommateurs et des solutions opérationnelles apportées par les prestataires logistiques. Les résultats montrent la croissance du volume des courses alimentaires en ligne à Paris. Les acteurs du e-commerce alimentaire innovent en mettant en place de nouvelles stratégies de livraison du dernier kilomètre en phase avec les préférences des consommateurs.

URL : http://www.riurba.review/Revue/e-commerce-et-livraisons-alimentaires-du-dernier-kilometre-74/

Photos mises en avant : « La difficile évolution vers une dimension ludo-récréative » (source conception, réalisation, photographie : Samuel Deprez).

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search