La mondialisation des pauvres Loin de Wall Street et de Davos

Billet rédigé par René-Paul Desse,  le 10 mars 2020

Recension de Armelle Choplin, Olivier Pliez, 2018, La mondialisation des pauvres, loin de Wall Street et de Davos, Editions du Seuil, Collection La République des idées, 115 pages.

Armelle Choplin et Olivier Pliez nous proposent un parcours très géographique dans les cheminements de la « mondialisation des pauvres ». Armelle Choplin est spécialiste des villes africaines, des politiques urbaines et des transformations sociales dans les pays du Sud. Après un passage à l’IRD au Bénin, elle est actuellement professeure associée au Département de géographie et environnement et au Global Studies Institute de l’Université de Genève. Olivier Pliez, spécialiste du Sahara et du Sahel, est directeur de recherche CNRS au sein du LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires) de l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

La mondialisation a été plutôt vue et étudiée, jusqu’à maintenant, à travers l’activité des multinationales et leurs lieux de vente de prédilection comme les centres commerciaux ou les grandes surfaces commerciales de type hypermarché. Ici, il s’agit de s’intéresser à des populations marginales économiquement mais très nombreuses, à des lieux « périphériques » que sont les territoires urbains en attente, les espaces frontaliers ou les grands axes routiers entre deux grandes villes. « S’intéresser aux pauvres exige ainsi de déplacer le regard, de glisser des centres vers les marges ». Dans cet ouvrage, les auteurs nous proposent une analyse de lieux flous, mouvants, qui évoluent au gré des opportunités douanières, des réglementations ou de l’absence de réglementation du pays d’accueil, le tout à l’échelle locale, nationale et mondiale.

Dès l’introduction, les auteurs nous invitent à « désoccidentaliser le regard » sur cette mondialisation en marche. A une vision binaire et hiérarchisée qui décrirait des pays du « Nord » riches, connectés et dominateurs face à des « Sud » pauvres, se substituerait un schéma plus complexe, notamment depuis l’ascension des BRICS.

L’évolution du quartier de Belsunce, au centre de Marseille, en est une belle illustration. Dans les années 1970 et 1980, entre la gare Saint-Charles et le port de la Joliette, Belsunce est un comptoir maghrébin où passent 400 à 500 000 personnes par an attirées par un marché de la voiture d’occasion, du textile et de l’électro-ménager. Les « porteurs de cabas » font la navette entre les grandes villes maghrébines et le port phocéen mais aussi avec Gênes et Barcelone. Dans les années 1990, le cabas laisse la place au conteneur et à des entrepreneurs transnationaux. Bientôt le rôle commercial central est joué par Istanbul puis par les grandes villes chinoises. Ces routes méditerranéennes se complexifient et perdent peu à peu leur tropisme nordique pour être désormais reliées aux comptoirs asiatiques.

Plutôt que d’envisager la mondialisation comme des flux économiques plus ou moins virtuels, globalement désincarnés, Armelle Choplin et Olivier Pliez nous entraînent dans une analyse qui se décline aux différentes échelles géographiques où le local a autant d’importance, sinon, plus que le global. Ainsi « négocier, dédouaner, entreposer, embarquer ou débarquer, franchir les frontières, tout cela se fait en certains lieux bien précis ».

« Ce dispositif spatial qui rend cette mondialisation possible » est analysé à l’échelle de la rive Sud de la Méditerranée (chapitre 2) puis de l’Afrique subsaharienne (chapitre 3).

Un très bel exemple nous est fourni par celui d’El Oued, localité du Sahara algérien, qui après avoir connu les livraisons de marchandises en provenance de Libye, s’approvisionne désormais directement dans les ports tunisiens et algériens mais aussi de Djeddah suscitant une nouvelle structuration des marchés en périphérie de l’agglomération. L’exemple du marché des jeans chinois au Caire est l’occasion de montrer la segmentation des lieux de commercialisation selon les classes sociales, des classes populaires au faible pouvoir d’achat mais ayant le nombre pour elles, aux classes aisées qui préfèrent les malls commerciaux, en passant par la classe moyenne cairote. L’approvisionnement provenait de Tripoli profitant des « largesses » d’un état voyou, jusqu’à la chute de Kadhafi en 2011. Depuis les routes de la mondialisation « par le bas » se sont reconstituées via les ports égyptiens.

Ainsi, les sources d’approvisionnements changent dans le temps et ont tendance à se diversifier. Istanbul, dans les années 1990, constitue une étape importante, abandonnant l’Europe pour des arrivages de plus en plus asiatiques. Les contacts avec les Émiratis et les Iraniens font prendre consciences aux négociants africains « que la source est encore loin ». La décennie suivante sera celle de Dubaï et de Djeddah en Arabie Saoudite. Puis viendra le temps des négociations commerciales en direct des principaux districts industriels chinois, notamment ceux de Guangzhou et de Yiwu. Cette dernière agglomération, à deux heures de train de Shanghai, est devenue le plus important marché de gros de la République populaire de Chine. Le chapitre consacré à Yiwu permet de mieux comprendre l’organisation des 45 marchés officiels de la ville regroupant 80 000 « échoppes d’usines ». Un focus sur l’un d’entre eux, San Mao Chu, dénommé Exotic Street par les autorités chinoises, permet d’entrevoir la vie quotidienne de ces intermédiaires africains et chinois, qui ont la langue arabe et la religion musulmane en commun.

Dans le troisième chapitre, plutôt que de se disperser à l’échelle du continent africain, Armelle Choplin concentre son analyse sur le corridor urbain allant d’Abidjan à Lagos. Sur près de 500 kilomètres se regroupent 30 millions d’habitants le long d’un axe qui relie les capitales économiques des pays riverains coincées entre mer et lagunes. Plusieurs marchés à l’échelle de cette bande littorale sont retenus, notamment le ciment ou « l’or gris ». Lafarge-Holcim, Heidelberg mais aussi le Nigérian Dangote et d’autres se partagent un marché en pleine croissance avec la volonté des pauvres de pouvoir abandonner le banco pour le parpaing. Les différences de coûts de production, les fiscalités différenciées d’un pays à l’autre suscitent des « tribulations des sacs de ciment » plus ou moins licites. A l’échelle locale, ces dépôts de ciment et de matériaux de construction sont autant de marqueurs des fronts d’urbanisation.

Autres marchés, autres lieux de provenance, autres lieux de vente : ceux des produits usagés en provenance d’Europe. « Quartier Arrivage » à Nouakchott, l’Alaba International à Lagos, le grand marché à Cotonou, tous proposent « ce sont des venus ». Electro-ménager, fripes, voitures arrivent d’Europe pour être vendus en local mais aussi à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, notamment vers les pays du Sahel via les réseaux des commerçants haoussa.

Le marché du pagne est l’occasion de retrouver les routes vers la Chine. Avec un ancrage local de boutiques longtemps tenues par les Nana Benz, remplacées de plus en plus par les Indiens. Grossistes, semi-grossistes passent commande en Chine, par WhatsApp, pour recevoir leurs marchandises deux mois plus tard par conteneur.

Ce choix d’une géographie désoccidentalisée est sans doute l’un des principaux apports de cet ouvrage. En rupture avec les schémas classiques de subordinations des Suds par rapport aux Nords, ces nouvelles routes du pagne, des masques africains pour touristes ou des ustensiles de cuisine en plastique prennent d’autres directions, en provenance de la Chine mais aussi des pays du Sud-Est asiatique. A l’échelle des agglomérations qu’elles soient chinoises, dubaïotes ou africaines, les auteurs ont su nous décrire ces quartiers de la mondialisation des pauvres qui évoluent au gré de l’offre et de la demande mais aussi des réglementations locales et internationales.

Ouvrage à consommer sans modération dans le cadre d’un renouvellement des thèmes de la géographie du commerce.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search