Ouvrage : « Le petit commerce dans la ville-monde »

Le petit commerce est souvent abordé sous l’angle de son déclin ou de sa disparition. En réunissant à la fois des géographes, des urbanistes, des sociologues et des politistes[1], cet ouvrage invite à changer de regard sur cet objet encore insuffisamment étudié par les sciences sociales. Sans nier les effets de la concurrence des grandes surfaces ou du e-commerce, il s’agit de considérer le petit commerce comme un lieu d’innovation et de ressources sociales, de reconnaître la capacité de renouvellement des commerçants.

En France, les analyses et les préoccupations politiques se concentrent principalement sur les villes petites et moyennes, ce qui participe sans doute de cette image de déclin. L’ouvrage propose à l’inverse de mettre en lumière les grandes villes : les petits commerces n’y résistent-ils pas davantage, avec ou contre les processus de mondialisation qui les impliquent ? La métropole parisienne et les grandes villes mondialisées que sont Toulouse, Lyon et Nice en France ou encore Turin en Italie offrent un terrain d’observation particulièrement riche pour saisir les métamorphoses du petit commerce et rappeler qu’il se réinvente plus qu’il ne disparaît.

Le petit commerce est observé selon trois entrées : tout d’abord celle de la diversité, ensuite celle des quartiers populaires, et enfin celle des facteurs politiques et économiques ou « facteurs exogènes »[2] que les commerçants doivent prendre en compte dans leurs pratiques et stratégies entrepreneuriales. À partir d’analyses finement contextualisées, l’ouvrage dessine les contours d’une scène marchande diversifiée et mouvante. Le petit commerce y apparaît à la fois comme un révélateur et comme un acteur des changements qui traversent des sociétés urbaines de plus en plus diverses et ouvertes sur le monde.

En apportant un éclairage précieux sur des catégories de commerce ou des quartiers encore peu documentés, l’ouvrage propose une approche renouvelée du (petit) commerce qui permet de mieux saisir le changement urbain, culturel et social dans les grandes villes mondialisées.

Ouvrage coordonné par Antoine Fleury (CNRS, Géographie-cités), Matthieu Delage (Université Gustave Eiffel, ACP), Lucine Endelstein (CNRS, LISST), Hadrien Dubucs (Sorbonne Université, espace et culture) et Serge Weber (Université Gustave Eiffel, ACP).

Préambule de Sharon Zukin (City University of New York, Brooklyn College and CUNY Graduate Center)

Contributions de Nadia Arab, Magda Bolzoni, Stéphane Cadiou, Marie Chabrol, Ya Han Chuang, Éric Charmes, Mathilde Costil, Agnès Deboulet, Anthony Goreau-Ponceaud, Joanne Le Bars, Christine Lelévrier, Anne-Cécile Mermet, Yoan Miot, Marie Morelle, Julie Picard, Clément Rivière, Giovanni Semi et Nabil Zouari

Comité scientifique : Emmanuel Bellanger, Sandrine Berroir, Anne Clerval, Martine Cohen, Philippe Dugot, Louis Dupont, Sylvie Fol, Emmanuelle Lallement, Ulysse Lassaube, Nathalie Lemarchand, Sophie Lestrade, Zhipeng Li, Pascal Madry, Emmanuel Ma Mung, Lamia Missaoui, Olivier Pliez, Lina Raad, Martha Radice, Camille Schmoll, Adrienne Szejnman et Mathieu Van Criekingen

[1] L’ouvrage a été construit autour d’une problématique resserrée à partir d’une sélection des recherches présentées lors du colloque « Commerce et changement urbain : stratégies entrepreneuriales, pratiques citadines et régulations politiques » qui s’est tenu à l’Hôtel de Ville de Paris du 18 au 20 janvier 2017.

[2] Voir Desse, M., Lestrade, S. (dir.), 2016, Mutations de l’espace marchand, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search