Pour une reterritorialisation du commerce fondée sur l’intégration urbanistique et l’articulation à la ville en transition socio-écologique & climatique

Le point de départ de cette recherche interactionnelle entre le commerce et la ville1 est l’appréhension des dysfonctionnements économiques et territoriaux du commerce dans la ville en transition socio-écologique. L’approche itérative suivie consiste à la fois à étudier l’espace urbain comme cadre de déprise commerciale (facteurs externes au commerce) et à appréhender les effets négatifs des stratégies d’implantation et de redéploiement commercial sur les territoires de la ville (territoires de la vacance de points de vente, désaffection des villes moyennes, déqualification commerciale, etc.). Ces deux mises en rapport questionnent les différentes formes d’insoutenabilité du commerce et des espaces commerciaux sur les plans environnemental (moteur d’étalement, dédensification, minéralisation des sols, paysages standardisés des portes d’agglomérations, déséquilibres commerciaux partagés entre concentrations et déconcentrations, etc.), économique (monofonctionnalité, croissance exponentielle des surfaces commerciales depuis une dizaine d’années, communes sans commerce, etc.) et social (absence de desserte commerciale de proximité, consommateur hypermobile, etc.). Mais l’attention s’attarde principalement sur les dysfonctionnements de l’urbanisme commercial à la française (Péron, 1998, Desse, 2013). L’a-territorialisation qui les caractérise s’explique d’abord par une trop forte déconnexion entre les CDAC et les services d’ingénierie des collectivités locales, une approche trop ponctuelle de l’autorisation d’exploitation commerciale délivrée sans vision plus large de l’état économique (souvent freinée par le principe européen de liberté d’établissement) et démographique du bassin de vie. Elle permet d’approcher, ensuite, les intérêts politiques contradictoires partagés entre création d’emploi (voire chantage à l’emploi) et renforcement de la concurrence commerciale que les marchés de consommation peinent à supporter. La France apparaît comme le pays de la dérégulation du commerce : tous les acteurs de la chaîne de distribution, de l’aménagement et du développement local sont responsables de la surproduction de surfaces commerciales.

La comparaison ouest européenne des politiques de planification et d’aménagement commercial permet d’observer, surtout en Europe du Nord, des démarches gestionnaires mieux territorialisées (base de l’armature et de la hiérarchie urbaines en Allemagne), plus concertées avec les acteurs de la distribution et du commerce (Business improvement district britanniques) et plus contraignantes ou mieux orientées vers les territoires urbains, notamment ceux de centre-ville en Grande-Bretagne (méthode du test séquentiel et loi de 1995).

La figure ci-dessous théorise prospectivement la reterritorialisation du commerce dans la ville à partir de quatre corrections principales à apporter au système français actuel de planification et d’aménagement. Horizontalement, l’intégration de l’urbanisme commercial dans la sphère de l’urbanisme commun devient urgente. Le renforcement des CDAC depuis 2014 nous éloigne malheureusement de cette condition. De là, découlerait une meilleure articulation entre le commerce et la ville dans la mesure où la séparation urbanistique aujourd’hui partagée entre le code du commerce et celui de l’urbanisme laisserait davantage de place à l’instauration d’une culture de projet à la fois globale et transversale. La régénération commerciale serait mieux englobée dans des opérations de requalification urbaine plus larges et plus diversifiées.

Verticalement, la régulation commerciale serait moins quantitative (seuils, mesure de surfaces quelle que soit la branche d’activité représentée), plus prospective (études d’impact, évaluations économiques), plus adaptée aux territoires d’implantation (selon le type de commerce, de spécialisation) et plus sécurisante pour les investisseurs, les distributeurs et les responsables politiques affectés également par la déprise commerciale et la pérennisation des friches d’activité sur leurs territoires.

L’enjeu de ce système théorique est de parvenir à créer des passerelles entre une régulation encore trop strictement économique et une gestion plus soutenable et qualitative des opérations d’aménagement commercial : vers une hybridation des principes économiques et de ceux de la ville en transition ? Vers une mise en rapport plus vertueuse entre le commerce et la ville à partir d’une meilleure gestion partenariale et territoriale des opérations commerciales ou à dominante commerciale ?

Les réponses à ces questions méritent d’être dégagées à partir du concept de résilience (conditions de rebond, d’adaptation à une situation de surconcurrence, de baisse de fréquentation, d’augmentation de la vacance, d’obsolescence d’espaces économiques par exemple) appliqué aux formats commerciaux et aux espaces du commerce en un premier temps, à la gouvernance et aux outils de l’opérationnalité urbaine en un second.

Système théorique de reterritorialisation du commerce dans la ville. A. Gasnier, 2017.

Système théorique de reterritorialisation du commerce dans la ville. A. Gasnier, 2017

Péron R., (1998), L’urbanisme commercial à la française, quel agrément ?,  Les Annales de la recherche urbaine, n° 78, p. 5-11.
Desse R.-P., (2013), La fin de l’urbanisme commercial à la française,  Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 118, p. 5-16.

Pour citer ce billet : Arnaud Gasnier, Maître de Conférences HDR en géographie et aménagement, Laboratoire Espaces et Sociétés (ESO), UMR CNRS 6590, Le Mans Université «Pour une reterritorialisation du commerce fondée sur l’intégration urbanistique et l’articulation à la ville en transition socio-écologique et climatique», Commission géographie et commerce (Hypothèses.org), Le 07 mai 2018. [En ligne] http://cnfgcommerce.hypotheses.org/34
  1. Gasnier, Arnaud. Le commerce dans la ville, entre crise et résilience. Vers une reterritorialisation soutenable ? Travaux d’Habilitation à diriger des recherches soutenus le 4 décembre 2017 au laboratoire ESO Le Mans de Le Mans Université. Volume 1 (389 pages) Position et projet scientifiques ; Volume 2 (320 pages) CV et recueil des publications. http://perso.univ-lemans.fr/~sangon/2017hdr_A_Gasnier/2017hdr_A_Gasnier_Vol2.pdf []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/02/2019

    […] Pour citer ce billet : Iwan Le Clec’h, docteur Université de Bretagne Occidentale, «Entre conservatisme et modernité de l’appareil commercial. En territoires périurbains et ruraux à l’ombre d’une ville moyenne – Saint-Brieuc», Commission géographie et commerce (Hypothèses.org), Le 21 février 2019. [En ligne] http://cnfgcommerce.hypotheses.org/34 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.