Rapport : QUELLE PLACE POUR LES LOISIRS DANS LES ESPACES COMMERCIAUX FRANCILIENS ?

Accédez au rapport de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région d’Île-de-France: http://www.iau-idf.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_1473/Rapport_mai_2018_V_Def.pdf

Étude réalisée en mai 2018

Par Carole Delaporte, chef de projet, et Christine Tarquis, département Économie
Avec l’appui de Marion Tillet, département Économie, Séverine Albe, département Habitat et société, Benoit Chardon, IRDS, Grégoire
Fabre, stagiaire, et la collaboration de Nathalie Lemarchand, LADYSS.
Cartographie réalisée par Noémie le Grand

Introduction :

Le développement d’une offre de loisirs dans les espaces marchands n’est pas un phénomène nouveau. Les grands magasins ont été les premiers à mettre en scène leur offre marchande lors de grandes expositions. Plus tard, les centres commerciaux, principalement les plus grands d’entre eux, ont accueilli équipements de sport et de loisirs (piscine, bowling, salle de spectacles), multiplexes et restauration. Quelques expériences, réussies ou pas, à Dijon, Montpellier ou Paris ont ponctué cette tendance.

Dans un contexte de ralentissement de la croissance économique, de concurrence agressive entre espaces commerciaux et de développement des achats en ligne, le commerce vit une véritable révolution. Les centres commerciaux enregistrent une baisse de leur fréquentation. Dans le même temps, avec la forte augmentation du temps libre, l’élargissement de l’offre commerciale à d’autres usages orientés vers les loisirs revient sur le devant de la scène. Les développeurs d’espaces commerciaux cherchent à se différencier pour attirer de nouveaux clients et leur donner envie de revenir.

Cette tendance nommée le “retailtainment”1 qui s’est largement développée à l’étranger prend- elle de l’ampleur en Île-de-France ? On constate que quelques centres proposent des concepts originaux comme les “food court”, les multiplexes prime, les expériences sportives. Le projet d’Europa City à Gonesse en est une parfaite illustration mais ne fait pas consensus.

Cette étude a été pilotée par le département Économie avec l’appui des départements Habitat et Société et l’Institut régional de développement du sport (IRDS) ainsi que la collaboration du Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS).

La première partie de ce rapport décrit les principales évolutions intervenues dans les pratiques de consommation, de loisirs, de sport et de culture et leur traduction dans les espaces commerciaux.
La deuxième partie dresse un état des lieux de la diversification de l’offre existante en Île-de- France à travers 25 opérations commerciales représentatives de la diversité des sites commerciaux présents sur le territoire et déployant une offre autre que commerçante, dans les domaines de la restauration, de la culture, des loisirs ou du sport.

À travers ces études de cas complétées par une série d’entretiens auprès d’experts du commerce, d’opérateurs de centres commerciaux, d’équipements sportifs, des réponses ont voulu être apportées aux questions suivantes :

Sur quels segments les espaces commerciaux franciliens se positionnent-ils ? Quelles sont les interactions entre ces nouvelles activités et les activités de retail traditionnelles ? En quoi l’enrichissement de l’offre modifie les comportements des usagers / consommateurs ? Quelle est la stratégie des opérateurs ? Quelles particularités françaises par rapport aux expériences étrangères ? Quelle forme d’organisation et quelle intégration dans le tissu urbain environnant ?

Dans ce contexte particulier de ré-interrogation de leur concept, la dernière partie de ce rapport examine les différentes voies envisagées par les opérateurs de centres commerciaux pour élargir leur offre à de nouvelles fonctions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.