Entre conservatisme et modernité de l’appareil commercial. En territoires périurbains et ruraux à l’ombre d’une ville moyenne – Saint-Brieuc

De 2014 à 2018, j’ai réalisé une thèse de doctorat sur des territoires périurbains et ruraux, caractéristiques des différents espaces bretons, à l’ombre de Saint-Brieuc, une ville moyenne de 95 000 habitants (unité urbaine). Du fait, de la relative faiblesse des densités de populations et de magasins, et de la polarisation par le chef-lieu des Côtes d’Armor, les mobilités automobiles y sont particulièrement fortes. De ce fait, le commerce de transit y remplit un rôle important en lien avec la diffusion de pratiques d’achats et de ventes auparavant jugées comme étant plus urbaines.

Un déclin marchand des centralités parallèlement au développement du commerce de transit

Depuis les années 1970, les espaces ruraux et périurbains voient leurs appareils commerciaux évoluer. Autrefois doté d’un important panel de boutiques comprenant le triptyque alimentaire boulangerie/boucherie-charcuterie/épicerie, la mercerie ou encore des cafés et des restaurants, les bourgs ruraux tendent à ne plus accueillir qu’un seul magasin : leur dernier bar. Dans le même temps, les polarités plus importantes, petites villes et villes moyennes, connaissent une transformation de leurs secteurs marchands. Leurs centralités historiques sont désormais confrontées à une forte vacance commerciale tandis que l’exurbanisation du secteur marchand conduit au développement de petites zones commerciales en périphérie des principales polarités. Fonctionnant comme des filtres qui dissuaderaient les périurbains à fréquenter les espaces centraux de ces petites et moyennes villes, ces espaces aux entrées de l’agglomération accueillent également des services publics ou des hôpitaux.

Tout au long des axes de mobilités qui relient les pôles urbains à leurs couronnes périurbaines se développe du commerce de transit. En complément des super et hypermarchés, il s’agit de magasins implantés à proximité de l’échangeur d’une voie express ou d’un rond-point desservant une centralité secondaire. Une partie d’entre eux, principalement des boulangeries, proposent un service drive-in qui permet à l’automobiliste de procéder à des achats sans pour cela quitter son véhicule. Le commerce de transit se traduit aussi par une évolution de la grande distribution qui complète son offre par des drives accolés aux établissements existants ou situés au plus près des flux routiers. Enfin, des consignes permettent de retirer de commandes ou certains produits (pizzas, baguettes) à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Exemples de commerces de transit implantés au bord de l’axe routier Saint-Brieuc – Quintin

Le périurbain, un consommateur opportuniste qui achète bien souvent lors de pérégrinations

Cette concurrence nouvelle, renforcée par le e-commerce, contribue à la déperdition marchande des centralités, fragilisées par des déclins démographiques au profit de lotissements périphériques. Ainsi, les commerces d’équipement de la personne, au premier titre desquels ceux liés à l’habillement, rejoignent ceux d’équipement de la maison et du jardin (ameublement, bricolage, jardineries) dans des zones commerciales périphériques toujours plus nombreuses et de plus en plus vastes. Celle de Langueux-Trégueux près de Saint-Brieuc a ainsi accueilli des commerces précédemment implantés dans la principale artère commerçante du chef-lieu des Côtes d’Armor, une rue piétonne, moins accessible aux automobilistes périurbains que la périphérie de l’agglomération. Dans cette configuration spatiale, les consommateurs du territoire de recherche utilisent les espaces commerciaux ceinturant la ville moyenne et saisissent les opportunités situées le long de leurs trajets de retour de leur travail. C’est le cas, du commerce de transit ou de la boulangerie située dans les bourgs qu’ils sont amenés à traverser, principalement quand ils vont chercher leurs enfants à l’école.

Dans le même temps, ils sont peu utilisateurs du e-commerce, dont l’usage connaît un essor rapide dans la société française. Ces consommateurs opportunistes privilégient la réalisation d’achats au cours de pérégrinations qui les mènent de leurs lieux de travail jusqu’à leurs domiciles. 

Schéma des trajets d’un consommateur périurbain impliquant un acte d’achat

Une situation qui est également la résultante de politiques publiques

Si elles sont légitimées par leurs appropriations par les consommateurs, ces zones commerciales sont aussi la résultante d’une absence de coopération intercommunale. A l’image de Saint-Brieuc où cinq des six hypermarchés sont implantés sur les territoires de communes voisines, elles sont la résultante de plus de trente ans de laissez-faire de la part de Municipalités qui y trouvaient des bénéfices locaux en termes d’emplois nouveaux et de taxes professionnelles, du moins jusqu’en 2000, année où cette taxe est revenue à l’intercommunalité. Lorsque les communautés de communes et d’agglomérations ont commencé à œuvrer en matière de politiques économiques et d’aménagement de l’espace, l’essentiel des appareils commerciaux actuels était déjà en place. Les intercommunalités n’ont donc pu réguler l’urbanisme commercial qu’à la marge.

En effet, ce dernier point reste principalement dévolu aux Commissions Départementales d’Aménagement Commercial (CDAC) et, en cas d’appel au niveau national, à la CNAC. Cependant, ces instances ne peuvent prendre leurs décisions qu’en fonction de critères liés au développement durable, celui-ci n’étant considéré que sous le seul prisme de l’environnement, notamment à travers la consommation excessive de terres agricoles. Qui plus est, elles jugent principalement des projets dont la superficie est supérieure à 1 000 m², taille rarement atteinte dans ces espaces périurbains et ruraux.

Malgré tout, les Schémas de Cohérence Territorial (SCoT) à travers les Documents d’Aménagement Commercial (DAC) ou leurs successeurs, les DAAC, qui intègrent désormais la question de l’artisanat, peuvent définir des espaces où de nouvelles implantations sont autorisées. Toujours à l’échelle intercommunale, les PLUi intercommunaux permettent d’harmoniser les politiques locales en matière de planification et d’urbanisme commercial. Cependant, le caractère récent de l’inscription dans les documents d’urbanisme ne permet pas de disposer des retours nécessaires à l’évolution de leurs impacts sur les futurs projets.

Des tentatives de remédiation à des situations de déclin, entre tentatives d’opérations de revitalisation de centres-villes et structures innovantes dans les communes les plus modestes 

Dans le même temps, les pouvoirs publics sont aussi ceux qui vont œuvrer en faveur de la revitalisation des centralités. Hors, de fait, les collectivités locales, principalement à l’échelle communale, sont confrontées à l’émiettement des aides (plus de 25) proposées par une douzaine d’acteurs des différents échelons du mille-feuille administratif français. En plus d’une méconnaissance des réalités, les Municipalités doivent donc aussi faire face au morcellement de l’administration et à la multiplication des aides et des dispositifs. Cette difficulté supplémentaire est palliée par le développement du principe du guichet unique. A l’échelle nationale, il s’agit de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Centres-bourgs » (2014) puis du programme « Action Cœur de Ville » (2017) qui, sans être réellement dotés de financements nouveaux, vont permettre aux politiques locales d’être menées avec un nombre restreint d’interlocuteurs. Mais, l’AMI ne concerne que 54 localités à l’échelle de la France tandis que les 222 bénéficiaires du programme « Action Cœur de Ville » sont principalement des villes moyennes. Les espaces ruraux comme les petites villes ne sont donc impactées par ces actions nationales qu’à la marge.

 Cependant, les collectivités les plus volontaristes agissent en faveur du maintien voire de la réouverture de multiservices municipaux, généralement exploités en gérance. Dans quelques situations plus exceptionnelles, il peut même s’agir d’un panel plus important. Ainsi, à Boquého, près de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), la commune est propriétaire des murs de la supérette, du traiteur, d’un café-restaurant, d’un café-concert, du salon de coiffure. L’action menée par la Région et son établissement public foncier permet, en outre, aux Municipalités de disposer d’outils leur permettant d’agir efficacement en les dotant des moyens financiers, techniques et humains. C’est le cas, par le biais d’appels à manifestation d’intérêt, de la Région Bretagne. Lancés en 2017, ces AMI bénéficient à 60 centralités urbaines ou rurales, dont ils financent des études ou des travaux. Ils sont suivis, au cours du premier trimestre 2019, par un nouvel appel à projet.

D’autres localités connaissent des situations où l’impulsion, voire la gestion, est le fait de citoyens, toujours associés aux pouvoirs publics locaux. De petites communes se sont ainsi dotées de commerces associatifs. A titre d’exemples, Augan et Trémargat dans les marges rurales du Centre-Bretagne sont les lieux d’implantations de commerces (auberge, café et épicerie) fonctionnant principalement grâce à l’action d’habitants bénévoles.

Un café – épicerie associatif à Saint-Conan (22)

Les espaces ruraux et périurbains connaissent donc un sous équipement commercial bien souvent limité à un café. Les consommateurs le compensent grâce à une hypermobilité pouvant être couplée avec les navettes domicile-travail des actifs. Cependant celle-ci contribue à fragiliser des populations à la merci d’une augmentation du coût des déplacements. 

Sources.

Iwan Le Clec’h, Entre conservatisme et modernité de l’appareil commercial. En territoires périurbains et ruraux à l’ombre d’une ville moyenne – Saint-Brieuc. Thèse de doctorat réalisée à l’Université de Bretagne Occidentale sous la direction de René-Paul Desse, Brest, 2018, 502 p.

Disponible prochainement sur These.fr : http://www.theses.fr/s128619.

Iwan Le Clec’h, Docteur en Aménagement de l’espace et urbanisme, Chercheur associé au Laboratoire de Géoarchitecture de l’Université de Bretagne Occidentale (Brest) mailto:iwan.leclech@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Iwan Le Clec’h, docteur Université de Bretagne Occidentale, «Entre conservatisme et modernité de l’appareil commercial. En territoires périurbains et ruraux à l’ombre d’une ville moyenne – Saint-Brieuc», Commission géographie et commerce (Hypothèses.org), Le 21 février 2019. [En ligne] http://cnfgcommerce.hypotheses.org/34

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marco Luc dit :

    Cher collègue.
    Bravo pour thèse: je la lirai avec plaisir.
    Cordialement.
    Luc Marco
    Historien des centres commerciaux français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.