Adaptation du commerce aux dynamiques urbaines. Regards croisés Sud – Nord

10 au 13 mai 2016, Lomé, Togo

Colloque international organisé par le Département de Géographie de l’Université de Lomé

En collaboration avec la Commission de géographie du commerce du CNFG

Qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’Europe, les dynamiques urbaines ont été très importantes depuis une soixantaine d’années. Dynamiques tout d’abord spatiales : Lomé s’étale sur à peine 550 hectares en 1950, 6000 en 1980 et 30 000 en 2010 pour une population de 1,5 million. Une agglomération française comme Rennes, consomme déjà 1800 hectares en 1950 et 4 000 en 2010 pour une population de 225 000 habitants. Cet étalement de l’urbain a individualisé un espace central, quartier historique qui fut longtemps la seule centralité, il a fait surgir des périphéries puis des espaces périurbains. Deux dynamiques d’exurbanisation ont joué un rôle prépondérant dans cette évolution : les dynamiques résidentielles et les dynamiques des activités économiques. Dans un premier temps, seule la rente foncière a pu expliquer cet engouement pour ces nouveaux fronts pionniers urbains. Par la suite, les proximités géographiques entre espaces résidentiels et activités, et entre les activités économiques elles-mêmes, ont joué un rôle prépondérant. Rajoutons à cela, une croissance exponentielle des mobilités et nous avons tous les ingrédients pour passer d’une ville pédestre à une ville motorisée, selon l’expression de Marc Wiel, qu’il s’agisse de l’utilisation de la voiture, des motos ou des transports en commun plus ou moins développés selon les villes et les espaces considérés.

Dans ce schéma évolutif, l’activité commerciale a dû s’adapter à ces transformations de la ville. Sous l’action conjuguée d’une plus grande mobilité des consommateurs et de l’émergence d’un commerce de périphérie, l’appareil commercial s’est profondément transformé en une soixantaine d’années. Ces dynamiques commerciales interrogent les chercheurs en géographie, en urbanisme et en sciences humaines et sociales en général, sur les acteurs de ces changements, qu’ils soient détaillants ou grossistes, « petits » commerçants ou « grands » distributeurs, sur les formes spatiales qui surgissent dans les périphéries et les espaces périurbains sous équipés commercialement, sur les restructurations du commerce central qui ne constitue plus qu’une centralité parmi d’autres, sans oublier l’essor récent des technologies de l’information et de la communication qui créent des espaces commerciaux virtuels propices à l’éparpillement de la fonction commerciale.

Il nous est apparu essentiel de confronter nos travaux sur des territoires urbains très différents. En proposant cette thématique à des chercheurs issus des Suds et des Nords, nous sommes conscients des décalages existants. Plutôt que de considérer qu’il puisse exister des déphasages chronologiques incontournables, les Suds évoluant plus ou moins selon les schémas des Nords, il nous a semblé plus intéressant de tenter d’individualiser les originalités d’évolution récente en termes de dynamiques commerciales. Ainsi, la diffusion rapide de la téléphonie mobile dans les pays africains, à un moment où les réseaux téléphoniques physiques étaient encore peu développés, a permis d’inventer de nouvelles applications inconnues au Nord.Pour faciliter des échanges autour de ces problématiques, des thématiques riches et variées ont été retenues.

Une quarantaine de communications se sont succédées, regroupées en cinq grandes thématiques comme l’étalement urbain et les nouvelles formes de commerces, les aménagements urbains et les mutations commerciales, la mobilité des consommateurs et son impact sur le secteur, le commerce informel, et bien sûr le e-commerce et les nouvelles formes de communications. Les intervenants ont développé des exemples au Bénin, au Burkina-Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Togo pour les pays de la Sous-Région, avec quelques exemples en Europe et en Asie du Sud-Est.

En juillet 2017, les Actes du colloque ont été publiés dans un hors-série de la collection « Notes scientifiques » de la Faculté des Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Lomé. Vingt contributions nous sont ainsi proposées dont la moitié sur les différentes formes du commerce informel.

Plusieurs communications étudient l’expression visible dans le paysage de ce qu’on appelle également le commerce de rue ou le commerce ambulant[i].Si dans les pays développés, le secteur informel est défini comme étant une économie souterraine, parallèle, frauduleuse, illégale, etc., dans les pays subsahariens en particulier, il constitue le secteur d’activité économique le plus important. Une fraction significative de la population vit de ce que l’on appelle des « petits boulots » ou encore des « activités de débrouillardise »[ii].Plusieurs contributions étudient l’inscription spatiale de cette activité.

Ainsi, Kossi Dossavi Tonou et Kossiwa Zinsou-Klassou analysent l’informel dans les rues des nouveaux espaces périphériques de Lomé, Georges Agbachi Ale développe les mêmes thématiques mais pour Parakou au Nord Bénin comme Coffi Adrien Dossou-Yovo pour Cotonou ou Cyr Gervais Etene, Ousséni Arouna et Charles Lambert Babadjide pour Abomey-Calavi; nouvelle banlieue de la capitale béninoise ; quant à Assogba Guezere, il s’intéresse aux petits services de survie dans les villes togolaises. Le commerce informel  et illicite des médicaments concerne essentiellement des produits de contrefaçon. Pyalo Padawi Awesso et Kossiwa Zinsou-Klassou nous décrivent cette «vente de médicaments de rue » aux consommateurs sans beaucoup de ressources et souvent analphabètes. 

Les marchés sont des hauts lieux du commerce informel. Ainsi, Emmanuel Ouedraogo, Edwige Nikiema et Georges Compaore analysent la situation des marchés informels à Ouagadougou, Gwenaëlle Raton à Bamako. Quant à Christina Nordin, elle montre comment les marchands ambulants ont été exclus peu à peu des rues de Stockholm, Paris et New York, pour, dans les meilleurs des cas, être regroupés dans des marchés organisés par les autorités locales.

Ce secteur informel dominé par les femmes ne suscite en général que peu d’études spécifiques. Ce n’est pas le cas de Téré Gogbé, N’Guessan Gilbert Kouassi et Lou Binhué Juliana Flore Goore qui analysent la situation de ces vendeuses sur un marché et ses rues adjacentes du quartier de Yopougon Banko 2 à Abidjan.

Un deuxième groupe de contributeurs ont accès leurs propos sur le commerce électronique et son impact sur les commerces physiques. 

     Ainsi Sahoti Ouattara a analysé le déploiement des points de transaction du mobile comme moyen de paiement à distance (mobile money dans les pays anglophones) dans la ville de Daloa en Côte d’Ivoire, montrant ainsi une des formes spécifiques de services bancaires en Afrique. 

Quant à Edem Canyi Madjé Amah, il montre que le commerce électronique est encore un épiphénomène à Lomé, et encore plus rare voire inexistant dans l’arrière-pays. Des facteurs techniques comme le faible accès à internet expliquent le retard par rapport à d’autres pays de la Sous-Région comme le Ghana ou la Côte d’Ivoire mais les perspectives sont prometteuses. 

Enfin, quelques contributions mettent l’accent sur les transformations des espaces urbains et l’adaptation du commerce. Jean Soumagne pour le Sud-Est asiatique nous montre la multiplicité des formes de densification de l’activité commerciale participant ainsi « à la genèse paysagère et au renouvellement des trames antérieures ». De leurs côtés, Toussaint Vigninou, Dossa Alfred Aicheou et Makodjami David Baloubi s’intéressent aux espaces du périurbain occidental de Cotonou (commune de Pahou).

Pour citer ce billet: Kossiwa Zinsou-Klassou, Maître de Conférences en géographie, Laboratoire du LARDYMES, Université de Lomé, René-Paul Desse, Professeur d’urbanisme, Laboratoire de Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale «Adaptation du commerce aux dynamiques urbaines, regards croisés Sud – Nord», Commission géographie et commerce(Hypothèses.org), Le 12 octobre2018. [En ligne]http://cnfgcommerce.hypotheses.org/34

Pour acquérir un exemplaire de cet ouvrage (au prix de 20 euros) :

Kossiwa ZINSOU-KLASSOU, René-Paul DESSE, 2017, Adaptation du commerce aux dynamiques urbaines, regards croisés Sud-Nord, Notes Scientifiques « Homme et société », Université de Lomé, hors-série n°1, 447 pages.

            Au Togo, contacter Kossiwa Zinsou-Klassou : damaguy2000@yahoo.fr

            En Europe, contacter René-Paul Desse     : rene-paul.desse@univ-brest.fr


[i]Caroline STAMM, Kossiwa ZINSOU-KLASSOU& René-Paul DESSE, «Le commerce informel : évolution des approches dans le temps et dans l’espace», Bulletin de la Société de Géographie de Liège[En ligne], 66 (2016/1) – Géographie du Commerce, URL : https://popups.uliege.be:443/0770-7576/index.php?id=4244.

[ii]Kengné FODOUOP, 2015, Le Cameroun jardin sacré de la débrouillardise, L’Harmattan, Collection études africaines, Paris, 478 pages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.